Albums disponibles icihttp://www.dacapo1.bandcamp.com

Oh, my lady (2017)

Out of spain (2012)

Third (2006)

The Fruit (2001)

Minor swing (1997)

Plus direct (mais pas moins travaillé), plus pop et moins sombre que le magnifique disque précédent Oh, My Lady, ce By The River est également une véritable réussite. Le groupe porte toujours autant de soins et une attention toute particulière à l’écriture, aux mélodies et aux arrangements, très beaux, sans jamais se complaire dans un certain maniérisme.

On peut cultiver une sorte de romantisme, une sensibilité, sans tomber dans la facilité ou la mièvrerie. Le genre de disque que nous aimerions écouter beaucoup plus souvent. Lyrisme plus expression, contrastes et belles nuances, écriture exigeante et superbes chansons (« Miracle Man« , « Between us« , « Lion« , « Take it cool« , « Anna« , « Like a friend« …), voilà la recette de ce remarquable disque.

Actif depuis 1997, excusez du peu, le Da Capod’Alexandre Paugam délaisse quelque peu, sur ce By the river, les effluves jazzy “d’antan”, les vignettes climatiques, pour une attaque plus “directe. Ceci sans perdre en mélopées enchanteresses (le très beau, et acidulé, Between us). Lion, premier des dix morceaux joués, scintille déjà dans son ombrage, balance entre joliesse pop piquante et traits rock bienvenus. Paugam fait usage d’ingrédients mesurés, s’en tient à un étayage large mais jamais trop chargé. Son Take it cool sert un rythme chaloupé au ralenti, une voix 

Le temps de Fortress, ce sont les cordes qui nappent l’essai. On retombe, en l’occurrence, dans une douceur enveloppante. Like a friend sonne plus électro-pop, se montre plus entraînant. Le parisien est doué, se distingue aussi, ici, vocalement en installant un timbre plus grave. L’étayage sonore, derrière, sonne toujours aussi juste. La qualité de l’ensemble me rappelle alors que j’ai en son temps et très certainement à tort “zappé” l’album d’Alexandre Paugam. L’occasion est belle, avec l’album en présence, de combler la lacune. No one else met le piano en avant, associé à ce chant toujours entier, sans fard. Ce qui fait que même dans ses plages les plus sages, Da Capo convainc.

ixième étape d’une aventure commencée maintenant depuis 20 ans, By The Riverfait donc suite à Oh My Lady, merveille de pop baroque dont nous avions brièvement parlé en ces lieux à sa sortie en 2017.

Alexandre Paugam, le maître à jouer de Da Capo s’est toujours distingué, tel un orfèvre pop, par la délicatesse de ses compositions et la richesse de ses instrumentations, en digne héritier de Robert Wyatt ou Arthur Lee.

Ici, il semble muscler son jeu, accélère le tempo et se fait plus direct, à l’exemple de l’enivrant Do It Again ou ce Lion, qu’on rêve déjà en rotation lourde sur nos radios aux oreilles enfin débouchées.